Fondation euro-méditerranéenne pour le dialogue entre les cultures

Associations civiles en Méditerranée à la croisée des chemins : défis et opportunités

Posted on 07/04/2014

Stefanos Vallianatos

Ph.D., Lancaster University, Coordinateur, Réseau grec de la fondation Anna Lindh. Chercheur associé, Centre international d’Études méditerranéennes et helléniques (DIKEMES), Athènes

La Méditerranée subit actuellement un processus de transformations structurelles qui affecte profondément les sociétés du monde méditerranéen. Résultat des révoltes populaires qui touchent le monde arabe mais aussi de la crise économique et financière de la zone euro, ces changements indiquent l‘échec à la fois de l’État et du marché tels qu’ils fonctionnaient jusqu’alors, et des systèmes politiques associés : régimes arabes autocratiques et corrompus, État-providence européen, « généreux », clientéliste, inefficace et corrompu. Il en va de même pour les mécanismes et le système bancaire, mal contrôlés. Et pourtant, ce sont ces deux pôles, l’État et le marché, qui délimitent l’espace de l’activisme d’une société civile : la sphère critique de la vie associative volontaire entre les citoyens et l’État, séparée du marché et située au delà des affiliations familiales et claniques. Dès lors, les associations civiles et les activistes deviennent des acteurs clés, que ce soit pour diriger les événements, comme en Tunisie ou en Égypte, ou pour répondre aux pressions et difficultés qui pèsent sur la société, comme en Grèce, en Italie ou en Espagne. Il ne fait aucun doute que le nouveau scénario les affecte profondément. Ils affrontent déjà de durs défis, et pourtant, en raison de leur caractère et de leur expertise, ils peuvent peut-être y trouver l’opportunité de renforcer leur rôle et de modifier le cadre dans lequel ils agissent.

Lire la suite – PDF complet